Nous Couple Dominant belge

Nous Couple Dominant belge

Miroir de l'âme

 

Nous avions prévu de faire découvrir à “O” Le mélange douceur-douleur. La vie est toujours pleine d’imprévu, la Maîtresse est malade … Une forte fièvre …  

 

Que faire ? Nous n’avions pas envie de reporter. 

 

Nous voulions faire découvrir de nouvelles sensations à “O”. La confronter au plaisir de la douceur féminine tout en ressentant la douleur. Chauffer les 2 faces de son corps de manière différente.  

Mais voilà je me retrouve seul …  

 

“O” a du mal avec l’image qu’elle se fait d’elle même quand elle est à notre merci. Je décide donc de la confronter à son image. Lui permettre de voir le reflet de son âme dans mes paroles …  

 

19.30, leur voiture se stationne dans la cour. Quelques instants plus tard la sonnette retenti.  

Nous accueillons “P” dans le salon et sans laisser d’autre choix je guide “O” dans notre étable-donjon …  

Directement je lui fais enlever ses vêtements. Je découvre un bel ensemble de sous vêtements rouges … Elle est très jolie …  

Une fois nue je lui présente un harnais fait de chaînes et de cuirs. Je l’aide à l’enfiler, lui pose la cagoule sur la tête et fini par lui menotter les mains dans le dos. Pour finir la mise en place, j’attache le harnais a une chaîne pendant au plafond …  

 



La voila à ma merci,  toute fuite impossible. Je ne manque pas de lui faire remarquer et lui dit gentiment qu’elle n’a plus qu’à nous attendre maintenant … “O” entend le verrou de la porte se refermer, elle est seule confrontée a ses pensées.  

 

Je me doute, je sais qu’elle est entrain de pester, de se demander ce qu’elle fait là. Se dire que s’offrir ainsi est absurde. Elle doit m’en vouloir. L’idée de tout cela m’amuse.  

 


 

“O” est restée moins de 15 minutes seule. Cela a du lui paraître une éternité. Mais maintenant le temps va s’accélérer. Directement je tourne autour d’elle, lui rappelle qu’elle a demandé la fessée, le paddle lui caresse les fesses …  

 

 


  

Elle dit qu’elle a froid, je lui réponds rassure toi ton corps va vite se réchauffer. Le jeu commence je ne veux pas lui laisser le temps de pouvoir réfléchir, elle en a eu le temps. Maintenant elle va subir.  

 


  

Mais mains glissent sur son corps, mes mots coulent dans ses oreilles. Les mots sont importants pour “O”. Leurs significations, leurs sens, leurs nuances, … J’en utilise qu’elle n’aime pas et pourtant les entendre lui apporte du plaisir. Je le sens en caressant son corps …  

 

J’alterne caresses, douleur, douceur et humiliation … Son corps réagit, sans qu’elle ne le veuille vraiment le plaisir envahi son corps. Son esprit est en conflit entre le plaisir montant et la rage que mes mots génèrent.. “P” quant à lui n’en rate pas une miette, il a le regard brillant. 

 

Changement de pose, le harnais est enlevé, je laisse ses mains se reposer un peu. Elle se détend quelques instants.  

 

Je lui accroche les poignets à la chaîne pendant au plafond. Je la laisse nue cette fois ci  

 


 

Je recommence par la douceur. 

 


 

Annick ne peut s’empêcher de venir la caresser … 

 


 

 


  

Pendant ce temps, je ne peux m’empêcher de faire couler de la cire chaude sur son corps. De faire claquer les lanières du martinet sur ses fesses … Il n’y a plus de mots, que des sensations son esprit s’envole.  

Je sens, je vois son corps réagir … J’interviens : “Attention la jouissance n’est pas autorisée !!! ”  Son corps se tend …  

 



Annick s’éloigne, les lanières du martinet remplacent les caresses de la Maîtresse …  

 


 

De nouveau je la nargue, je violente autant son esprit que son corps. Elle aime et elle déteste.  

 


Je la caresse …  

 

 

Je sens qu’elle s’épuise, son corps fatigue, son esprit s’embrouille, elle perd pied. “O” arrive là ou je voulais la mener. Extérieurement il n’y a pas de différence, mais son esprit est embrouillé. Un tsunami le traverse sans interruption. Une tempête sans fin qui bouscule tout.  

 

Il est temps que la pression retombe. Son corps aspire à la jouissance et son esprit à un repos mérité.  

 

 

Je l’allonge sur le lit de camps, pieds et mains attachés. Quelques gouttes de cire chaude, les lanières du martinet, encore, je ne peux m’empêcher d’être un sale gosse, j’adore … Quelques mots fussent en plus.  

 

“P” vient furtivement poser ses lèvres sur la bouche de “O” …  

 


 


 

Le plaisir va maintenant monter dans son corps, le gode ventouse envahit son sexe humide. Les mouvements de va et vient commence, son corps se tend, elle n’en peut plus … Elle supplie, demande la jouissance … Elle veut jouir, toutes les fibres de son corps n’attendent que ça.  

 

 


 

Je l’autorise, rapidement son corps se cambre et une forte jouissance l’envahi … Son corps se détend un peu, mais.. Les mouvements recommencent plus fort plus brusques et la jouissance remonte, au galop, ”O” explose de plaisir … Son souffle est court, “O” perd pied de nouveau la jouissance a été  forte … Et je recommence. Instantanément son corps se retend, se cambre, encore une fois elle jouit …  

Cette fois-ci son esprit est vide, son corps est sans force, elle est perdue, détendue, …  

“O” a été confrontée au tumulte de ses envies contradictoires ...  

 

 

La réaction de “O” :  

 

J'ai tout d'abord été très mal à l'aise lorsque vous m'avez "embarqué" au donjon seule, sans ”P” (dorénavant, je préférerai qu'il soit à mes côtés) 

Ne parlons pas de la suite lorsque j'ai enlevé le rouge complètement pour faire place au noir que vous aviez prévu! j'ai compris que cela vous ferait plaisir de le faire et me suis exécutée sans râler. 

 

Le pompon fut lorsque vous m'avez laissé seule comme une potiche durant +/- 15 longues minutes...attachée, cagoulée, sans aucun moyen de défense. 

Je n'ai pas vraiment apprécié que l'on me plante là comme une "chose "!! bien que dans la soumission, rien n'est jamais que des choses, vous me l'avez fait comprendre malgré que vous m'ayez complimenté sur mon physique. 

 

Enfin, le jour s'est levé pour moi lorsque vous êtes arrivés avec enfin mon homme, j'avais bien cru être oubliée!! 

 

Là, je dois dire que j'ai été assez surprise de la tournure du jeu, j'ai effectivement bien profité du martinet et du paddle, de la bougie et je suis d'accord que je souhaitais tout cela....mais à un certain moment, je crânais car c'était un peu dur pour moi. 

Sur le chemin du retour, “P” m'a même demandé plusieurs fois si ça allait, car je restais muette! je lui ai simplement dit que j'étais vraiment épuisée et crevée et m'a trouvée moins enthousiaste que la fois précédente. 

 

C'est vrai que l'aboutissement de cette soirée a été complètement réussi mais avant ce stade, j'ai malgré tout eu du mal physiquement mais aussi mentalement à me laisser guider de la sorte et je regrette quand même que “P” n'ai pas pu participé un peu plus que, juste à la fin, un seul baiser furtif lorsque j'étais étendue sur la civière. 

 

Il est un fait que le feu d'artifice final a été super, vos gestes pour m'exciter, puis l'arrêt, puis on recommence et ainsi de suite,...m'ont emmené quelque part là où vous vouliez et vous avez réussi!!!  “ 



11/02/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 98 autres membres